Europe & Sentiment

Chronique intime de l'Europe

image_author_Laetitia_Chabannes
Par Laetitia Chabannes
4 articles
16 janv. · 5 mn à lire
Partager cet article :

Chronique d'une européenne

Newsletter n°18 : Le projet européen est-il révolutionnaire ?

J-146 AVANT LES ELECTIONS EUROPEENNES

Si on vous a transféré cette newsletter, vous pouvez vous abonner ici pour la recevoir tous les quinze du mois.

Le projet européen est-il révolutionnaire ? 

Si on s’en tient à la définition, le projet européen n’a rien de révolutionnaire. Ce n’est ni un changement brusque et violent, ni le renversement d’un pouvoir en place par un autre. L’Union Européenne a été pensée et construite par des réformistes, dans le cadre d’un processus long et progressif. Ca c’est si on s’en tient à la définition. 

Mais depuis quelques semaines je n’en suis plus si certaine. En préparant cette saison 3, j’ai été amenée à sillonner l’Europe pour aller à la rencontre de celles et ceux qui ont été témoins et pionniers de cette construction européenne depuis 1979, année de la première élection européenne au suffrage universel. Et leurs souvenirs, témoignages et récits personnels me confrontent à une vague d’interrogations. Nous aurait-on caché le caractère révolutionnaire européen ? Le projet européen ne serait-il pas une révolution déguisée en réforme ?

Ici on ne parle pas de grand soir ou de prise de pouvoir d’un groupe par un autre, on ne manifeste pas, on ne chante pas de slogans, on ne taggue pas les murs, on ne jette pas de pavés. C’est une révolution silencieuse de discours, de notes interposées, de textes retravaillés et de personnes, qui a un moment, y ont cru. Mais une révolution tout de même.

Dans une lettre adressée à Harold Macmillan, alors Premier Ministre du Royaume-Uni, Jean Monnet écrit à propos du projet de la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier) dont il essaie de convaincre le gouvernement anglais de faire partie :

Les propositions Schuman sont révolutionnaires ou elles ne sont rien. Leur principe fondamental est la délégation de souveraineté dans un domaine limité, mais décisif (…). La coopération entre les nations, si importante soit-elle, ne résout rien. Ce qu’il faut chercher, c’est une fusion des intérêts des peuples européens, et non simplement le maintien de l’équilibre de ces intérêts.

Il n’y a pas de demi-mesure, pas de conditions ou de spécificités nationales. Car oui, le projet européen est pensé comme la fin de l’état-nation. Jean Monnet l’écrit encore : laisser la possibilité à des états d’avoir des dérogations marque la fin du projet européen. 

Une fois que j’ai écrit ça, vous pourriez vous dire : “Ok peut-être. Peut-être que le projet européen a été, à ses débuts, révolutionnaire. Mais aujourd’hui, il ne l’est plus et puis c’est une révolution qui a oublié le peuple ou plutôt (car je n’aime pas trop ce mot) qui a oublié les gens.” Et vous auriez raison. 

Altiero Spinelli, homme politique italien considéré comme un des pères de l’Europe, antifasciste et européen convaincu, disait qu’en Europe, il a 3 catégories d’individus : une minorité d’innovateurs d’un côté, une minorité d’immobilistes de l’autre et au milieu, un grand marais. L’objectif de chaque extrême est de convaincre le marais. Et à l’entendre, je me suis dit que le marais, dont je fait partie, est en train de sacrément tendre vers l’immobilisme et l’extrême droite nationaliste et souverainiste. 

2024 : Une année d’élection européenne féministe, écologiste et révolutionnaire ? 

L’Union Européenne est devenue un acquis, à la fois si présent et si distant. Et cette idée un temps révolutionnaire semble avoir pris de l’âge. Qui pour aller battre le pavé face au propos nationaliste et guerrier de certains dirigeants européens ? Qui pour défendre dans la rue les droits des femmes en Europe ? Qui pour chanter des slogans pro-Europe ? 

Et pourtant, il me semble que dans notre Europe si polarisée, il nous faut retrouver l’esprit révolutionnaire des débuts et de proposer de nouveaux récits et objectifs communs. 

La prochaine élection européenne pour désigner nos représentant.e.s au Parlement Européen (PE) se tiendra du 6 au 9 juin prochain, l’instance la plus démocratique en Europe. Alors que le monde semble sombrer petit à petit vers la peur de l’autre, le repli sur soi, le besoin de domination, la destruction de la nature, la nécessité de nous réengager se pose. Serons-nous un marais d’immobilistes ou un marais d’innovateurs ?

En juin prochain, serez-vous les prochains révolutionnaires européens ?

FOULE SENTIMENTALE

Portrait d’européen.ne aujourd’hui

Jacques Delors

Jacques Delors (1925-2023)Jacques Delors (1925-2023)

Jacques Delors s’est éteint le 27 décembre dernier, présenté par tous, et non sans raison, comme un des artisans de l’Union Européenne d’aujourd’hui. 

Depuis son décès, les hommages sont arrivés de toute l’Europe pour saluer l’héritage du dernier citoyen d’honneur européen (il n’y en a eu que trois depuis sa création, dont Jean Monnet et Helmut Kohl). De son héritage, on garde le lancement de l’euro comme monnaie unique, la création du programme Erasmus et la défense d’une Europe sociale et solidaire. 

Homme de punchlines, on a l’embarras du choix quant à la citation qui fera mouche pour promouvoir le projet européen : « Aujourd’hui plus que jamais, il faut expliquer l’Europe » ; « Je ne peux pas me résigner au déclin de l’Europe et de la France » ou encore “On ne tombe pas amoureux d’un marché unique” ma préférée. 

Mais sa disparition marque aussi la fin d’une génération de bâtisseurs de l’Europe. Et si les hommages sont unanimes sur l’héritage évident laissé par Jacques Delors, on a du mal à lui trouver des héritier.e.s. 

Je me suis posée la question récemment : Qui sont pour moi les grandes figures européennes (si j’enlève les pères fondateurs de l’Europe) ? Et bien je dois vous avouer que ma liste n’a pas été longue : Simone Veil (décédée en 2017), Gisèle Halimi (décédée en 2020) et Jacques Delors (décédé en 2023).

Qui sont aujourd’hui les visionnaires de l’Europe de demain ? Qui sont les architectes de l’Union à venir ? Qui sont les bâtisseur.euse.s d’une nouvelle identité européenne ? 

POUR ALLER PLUS LOIN

Je vous propose, une fois n’est pas coutume, une sélection de livres que j’ai eu le plaisir de lire pendant mes vacances. Vous verrez que je ne coupe jamais vraiment avec mon sujet de prédilection.

  • Les Mémoires de Jean Monnet (Livres de poche)

C’est en écoutant la dernière émission du Masque et la Plume animée par Jérôme Garcin que je me suis laissée convaincre par Patricia Martin, critique littéraire, de débuter la lecture des Mémoires de Jean Monnet paru en 1976. Je ne vous cache pas que c’est un gros pavé, mais que d’optimisme dans ce livre ! Je découvre ce personnage fin et confiant, finalement assez méconnu de ma génération.

  • Herzl : une histoire européenne de Camille de Toledo (Denoël)

Dans un autre genre, j’ai eu l’occasion en ce début d’année de lire le roman graphique Herzl : une histoire européenne de Camille de Toledo et Alexander Pavlenko. L’histoire débute à la fin du 19e siècle dans une Europe en proie aux pogroms et à l’antisémitisme et raconte la révélation de Théodor Herzl, intellectuel juif viennois, de créer un état juif en Palestine. Une autre histoire de révolutionnaire européen, qui dit beaucoup du conflit actuel entre Israël et le Hamas.

  • Les ingénieurs du chaos de Giuliano da Empoli (JC Lattes)

Paru en 2019, cet essai retrace les procédés et techniques à l’origine des mouvements populistes en Europe et aux Etats-Unis. Si j’avais déjà lu sur ce sujet notamment sur l’impact d’entreprises telles que Cambridge Analytica, je reste assez sidérée par le poids de ces spins doctors derrière des événements comme l’ascension du Mouvement 5 étoiles en Italie ou du Brexit au Royaume-Uni. 

Le principe de ces ingénieurs du chaos : s’appuyer sur la colère des gens. 

Découvre pourquoi les personnes sont énervées, dis leur que c’est la faute de l’Europe, vote et fais voter Brexit,” c’est ainsi que l’un des ingénieurs du chaos a résumé la stratégie, élémentaire et redoutable, d’une campagne référendaire qui semblait vouée à la défaite. 

L’outil, se servir de la puissance de la data. 

Dans une telle situation, l’objectif est désormais d’identifier les thèmes qui comptent pour chacun, pour ensuite les exploiter à travers une campagne de communication individualisée. La science des physiciens permet à des campagnes contradictoires de coexister en paix, sans jamais se rencontrer, jusqu’au moment du vote.

L'ACTUALITÉ EUROPÉENNE EN 5 SENTIMENTS

Pour ne pas perdre le fil de l’actualité européenne

  • Crainte : Depuis des semaines, l’opposition manifeste en Serbie contre les résultats des dernières élections locales et législatives qui ont vu la réélection du parti du président populiste et pro-russe Aleksandar Vucic le 17 décembre dernier. Outre une campagne biaisée, les observateurs européens ont relevé “des cas de graves irrégularités, dont des achats de vote et du bourrage d’urnes”, ainsi que des “mesures insuffisantes pour assurer le secret du vote”. Ces manifestations sont de plus en plus violemment réprimées.

  • Regain : Sept ans après le référendum pour le Brexit et trois après le départ du Royaume-Uni de l’Union Européenne, un récent sondage montre que deux tiers des Britanniques sont en faveur d’un nouveau référendum et d’un retour au marché unique. Pour une large majorité, le Brexit est un échec quel que soit le domaine ou secteur d’activités. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

  • Amusé : Quand la langue devient politique. En Autriche, le Conseil National vient de faire passer un texte de loi pour la première fois formulé exclusivement au féminin. La Ministre de la Justice Alma Zadic souhaite ainsi donner plus de visibilité aux femmes dans le monde des start-ups. Quand en Allemagne, la Bavière et la Hesse annoncent leur intention d'interdire définitivement l'écriture inclusive dans l'administration et l'éducation. Qui sait si le langage crée une réalité...

  • Stupéfaction : En Pologne, nouveau coup de théâtre ! Après la démission en live des dirigeants des chaînes de télévision et radio publiques en décembre dernier, on assiste à l'arrestation d'un ancien ministre et de son collaborateur en plein palais présidentiel (où ils s'étaient réfugiés). Condamnés pour abus de pouvoir, graciés en 2015 par le Président Duda, puis à nouveau inculpés après l'invalidation par la Cour Suprême... le chemin vers plus de démocratie semble tortueux.

  • Impuissance : Ecologie, un avenir sous contrainte ? Alors que les plages de Galice en Espagne se recouvrent de microbilles de plastiques, à la suite d'un conteneur tombée par accident en mer en Décembre... Le Parlement Norvégien a autorisé le 9 Janvier l'exploration et l'extraction de minerais des grands fonds marins. Cette décision, très contestée, a été prise alors que nous n'avons que peu de connaissance quant à l'impact écologique d'une telle exploitation.

LES DESSOUS

Les coulisses de la création, les a-côtés, les événements

La saison 3 débarque le 4 avril dans vos oreilles

IxellesIxelles

A toujours présenter les élections européennes comme des élections de second ordre, des élections mal-aimées des électeurs ou des élections défouloirs, on en a presque oublié les véritables enjeux. Et pourtant leur impact n’a cessé d’augmenter aux fils des ans et l’Union Européenne a toujours plus d’influence sur notre quotidien.

En 2024, il faut aller voter aux européennes

Pas pour me faire plaisir, pas répondre à un quelconque appel d’un parti, non. Il faut aller voter car l’Europe est notre futur qu’on le veuille ou non. Et sans participation, sans notre voix, l’Europe perd toute faculté à se transformer, à continuer à grandir et à ressembler à notre société de demain.

Et bonne nouvelle, pour vous préparer à ces prochaines élections et vous donner de quoi cogiter d’ici le 9 juin prochain, la nouvelle saison d’Europe et Sentiment sera dédiée à l’histoire de ces élections de 1979 à aujourd’hui, racontée à la première personne. A travers les témoignages personnels de personnalités ou d’inconnu.e.s, cette 3e saison se veut une chronique intime et singulière des évolutions de notre société européenne. 

Bref, un appel à révolutionner ces élections !

Rendez-vous le 04.04.2024


PROGRAMME DE PARRAINAGE

Partagez cette newsletter et bénéficiez du programme de parrainage :

  • Un nouvel abonné.e = Un immense merci

  • 5 nouveaux abonné.e.s = Votre nom en crédit à la fin de cette newsletter

  • 10 nouveaux abonné.e.s = Votre nom en crédit à la fin d’un des épisodes d’Europe et Sentiment


Pour ne rien rater de notre actualité, abonnez-vous à nos réseaux ! 

Linkedin & Instagram